Mauricette le roi de la bouteille

Voici le bureau de Rutherford, Président de la Watchtower, au Siège international à Brooklyn. On comprend tout de suite qu'il faisait une légère confusion entre le spirituel, et les spiritueux. Et l'on comprend de quelle inspiration venaient ses livres dont plus un seul n'est autorisé à la lecture pour les TJs, eu égard au fait que presque toutes les doctrines qu'il y défendait ne sont plus les doctrines des Témoins de Jéhovah aujourd'hui. Il n'empêche que tous disent qu'il était inspiré par Jéhovah, qu'il était son canal, sur la Terre,et qu'il fut choisi par Jésus, en 1919, pour recréer le Christianisme véritable. Pourtant, il a profondément marqué de son esprit les Béthels de la Watchtower.
Ceux-ci sont en effet demeurés, jusqu'à ce jour, des lieux réputés pour leur haut niveau de consommations alcooliques, et pour le fait que l'on y entre sobre, et que l'on en sort poivrot. Passons alors maintenant, à Mauricette ( Anthony Morris III ), membre éminent du Collège Central des TJs.

Cyber-vedette de Tévéjworgue, toujours fringué aux plus chers des bons tailleurs, parsemé de bagouzes en or et de Rolex, Mauricette est aussi spécialisé comme gardien de la morale, des Témoins de Jéhovah. C'est lui qui, à longueur de discours, vitupère contre les TJs amis de ce Monde, amis des plaisirs, matérialistes, qui perdent la maîtrise d'eux-mêmes, etc... Implacable procureur contre le pécheur surpris en train de tirer une bouffée de cigarette, contre les musiques sataniques, c'est-à-dire tout ce qui sortdu champ des cantiques de la Watchtower, et toujours en train d'exhorter à se lever tôt le matin, surtout le dimanche, pour aller sauver des vies en prêchant la bonne nouvelle du Royaume, Mauricette était donc bien placé pour que les anges dirige vers lui l'attention des Témoins de Jéhovah, afin qu'ils sachent par quelle qualité d'hommes, ils sont gouvernés. Et ça s'est passé par un début de matinée, dimanche, sous la pluie, dans le New Jersey, aux USA, où Mauricette avait passé la nuit, et sur le chemin qui mène aux environs de Warwick, 30 kilomètres plus loin.

Là, il y a au bord de la route, une petite zone commerciale qui travaille le dimanche, et sur le coup de 9 heures, les magasins relèvent leurs rideaux de fer, mais bien sûr, à cette heure-là, il n'y a quasiment aucun client. Le dimanche matin, à neuf heures, les TJs se préparent à faire leurs heures, tandis que les autres font tout leur possible pour tenir bon sous la couette, et résister à toute envie de quitter le lit. Ce qui fait qu'à neuf heures du matin, le dimanche, au bord d'une route du New Jersey, on peut vraiment aller faire ses petites emplettes personnelles, sans aucun risque de croiser des gens suspicieux, et qui de plus pourraient reconnaître en vous le chef d'une Secte milliardaire qui prétend régenter plus de 8 millions de militants, et représenter la gloire du Créateur des Cieux et de la Terre. En fait, ce qui va nous intéresser ici, c'est le Roi de la Bouteille. Il s'agit d'un des magasins de cette petite zone commerciale. On n'y vend que des bouteilles, et des bonnes !

Source: https://ramsey.bottleking.com/

Pendant ce temps-là, un premier client s'est arrêté au magasin pour acheter deux bouteilles de vin, parce qu'il attend du monde à midi, et qu'il n'avait plus rien à boire chez lui. Et ça, c'est un ange qui l'a guidé vers mauricette ! En effet, c'est un ex-TJ, foutu à la porte de la Jworgue, et qui, depuis, suit avec attention les sites des ex-TJs, et se trouve donc capable de repérer Mauricette en personne, malgré son déguisement. Car au même moment, ayant très bien calculé son coup, preuve qu'il le renouvelle régulièrement, Mauricette s'arrête sur le parking du Roi de la Bouteille, sous une pluie battante, qui contribue du moins le pense-t-il, à son anonymat théocratique.

Il est à bord d'une Cadillac. Mais ce n'est pas la sienne, bien connue de tous les Béthélites. C'est un modèle plus modeste et plus ancien, qui sert à Mauricette, les jours où cette grande référence théologique et morale, veut circuler inaperçue, pour faire ses petites affaires. Il fonce à l'intérieur du Roi de la Bouteille, muni de son chariot qui n'est pas un trollolo, comme il se devrait un dimanche matin à cette heure-là, mais qui constitue par contre un très efficace réceptacle à bouteilles. Il se saisit de toutes les dernières bouteilles de Macallan qui sont sur le rayon (5 ou 6 bouteilles), mais il en voudrait plus.

Malgré sa casquette, son imperméable, ses mains dans les poches, et ses chaussures pour le moins modestes, l'ex-TJ a instantanément reconnu Mauricette. Mine de rien, il s'approche, et, le voyant perplexe, il lui glisse comme s'il ne le connaissait pas, quelques phrases banales sur la qualité des whiskies, puis il s'écarte, afin de ne pas éveiller l'attention de Mauricette, pour pouvoir continuer à le filmer.

Télécharger la vidéo

Le chariot qui est juste derrière Mauricette, ne peut être que le chariot de Mauricette, puisqu'il n'y a strictement aucun autre client dans le magasin, à ce moment-là, à part l'ex-TJ qui filme. On voit la série des bouteilles de Macallan déjà achetées, mais on voit aussi plusieurs packs-cartons d'autres bouteilles, sûrement de grands vins.

À plusieurs reprises, Mauricette se tourne vers ce qu'il n'identifie pas comme une caméra qui le filme, et l'on reconnaît très bien alors, que c'est lui, sans aucune possibilité d'erreur. Il conserve sans cesse ses mains dans ses poches, ce qui est une attitude tout à fait anormale, quand on est devant un rayon présentant des produits dont on se dispose à saisir quelques exemplaires. Mais sous son imperméable, Mauricette est en fait fringué comme un prince, et il a évidemment toutes ses parures en or et pierreries, mais qu'il ne veut pas exhiber. Une agression sur un parking désert est si vite arrivée, avec tous ces derniers jours où l'iniquité ne cesse d'augmenter. Ensuite, le gars qui filme est obligé de circuler un peu dans le magasin, pour laisser le temps à Mauricette de passer en caisse. Là, dans le film, on voit bien que c'est le chariot de Mauricette, puisque ces bouteilles de Macallan sont ensuite posées sur le tapis roulant de la caisse.

Pendant que l'ex-TJ se détourne, pour ne pas donner l'éveil, Mauricette a en fait appelé au secours le gars qui s'occupe du magasin. Il veut un carton unique pour pouvoir tout mettre ensemble. Il a peur que des bouteilles se cognent durant le transport. Le gars s'exécute, va chercher un gros carton, et le dépose à côté de la caisse, où Mauricette va régler ses emplettes, sûrement grâce aux économies réalisées par Sofia qui renonce à ses glaces, en été, pour envoyer les sous à Mauricette.

Lors d'un très furtif mouvement, on voit tout de même apparaître un peu de l'or qu'il voudrait dissimuler. Pendant qu'il va passer à la caisse pour récupérer le carton vert que le gars lui a apporté, l'ex-TJ en profite pour sortir du magasin, s'asseoir dans sa propre voiture, afin de filmer à distance Mauricette, discrètement. Avec la pluie et les circonstances, les images ne sont pas excellentes. Mais cependant, nous reconnaissons très bien les éléments et détails, du grand drame qui se joue ici, à savoir le canal de l'esprit Saint, pris la main dans le sac de son alcoolisme personnel. L'ex-TJ qui filme a bien compté, tandis qu'il passait lui-même à l'autre caisse, les bouteilles de Macallan: il y en avait exactement douze. Et observons bien ce qui va se passer alors.

Mauricette arrive près de sa Cadillac, sur le parking. Holy smoke ! Les quatre cartons de quatre bouteilles de vin, ont disparu ! Il ne va embarquer que les douze bouteilles de Macallan avec son carton vert. Pourtant, il a payé le tout à la caisse ! Holy crap ! Mais que se passe-t-il donc dans le New Jersey, ce dimanche matin ? Eh bien tout simplement une super-combine de Mauricette. Il va faire livrer par le service livraisons du Roi de la Bouteille, plusieurs cartons de bonnes bouteilles, à quelqu'un dont nous ne savons rien ici. Mais, cet achat et cette livraison de vin, vont fournir un justificatif à sa présence, à lui, dans ce magasin, où le grand roi de la morale de la Watchtower, n'a absolument rien à faire.

Lui, il repart à présent avec ses bouteilles. Et si on l'accuse de s'être trouvé là, il dira simplement qu'il était en service commandé par quelqu'un d'autre que lui. Pour rendre service ! Le coup de la double commande, il fallait y penser ! Dans ses profondes méditations théologiques, Mauricette avait donc trouvé la solution. Parce qu'il a tout de même un petit problème, Mauricette. Et nous ne parlons pas ici de son petit problème d'alcool, qui lui fait acheter douze bouteilles de whisky pour le week-end, mais un problème avec 1 Timothée chapitre 3, sur les conditions requises pour être un dirigeant de l'Église, qui doit être sobre (1 Timothée 3: 2), et non adonné à beaucoup de boisson (1 Timothée 3: 3). En cas de scandale, il joue sa place au Collège Central, et même en tant qu'Ancien.

Et voilà ! Il ne lui reste plus qu'à reprendre la route, pour aller à Warwick ? Avec son carton de scotch pur malt ? Bien sûr que non ! C'est dimanche matin. Parce que, quand on poursuit la route, tout droit, on arrive quand même à quelques centaines de mètres de Warwick, au parc privé de Tuxedo, pour millionnaires, où Stephen Lett s'est acheté un mignon petit cottage dans les bois. Alors, le reste de l'histoire n'est pas très compliqué à reconstituer. Pourquoi nous parlons du week-end, alors que c'est déjà le dimanche matin ? On parle de week-end passé à boire, parce que le jour officiel de repos, dans les Béthels, c'est le lundi. Dimanche matin, pour Lett et Mauricette, c'est le début du week-end. Alors, deux petites journées tranquilles pour se moquer des abrutis qui donnent de l'argent en croyant qu'ils achètent le Paradis, c'est tout de même une bonne distraction à ne pas rater, et douze bouteilles de Macallan, c'est tout à fait convenable pour fêter cela à deux.

Les millésimes plus jeunes valent cependant entre 80 et 100 Dollars la bouteille. Alors, vous multipliez cela par 12, (80*12=960) et vous vous demandez tout simplement: Mais comment un type qui a signé une déclaration de voeu de pauvreté, et de sobriété, et qui est tenu de vivre sur un budget de 150 Dollars par mois, pas un sou de plus, peut-il s'offrir une telle dépense pour ses beuveries, et qui se renouvelle forcément régulièrement, quand on voit toute la stratégie développée, pour arriver à la minute près, à l'ouverture, un dimanche matin, d'un magasin sur une petite zone commerciale minable, puis pour passer inaperçu à tous les stades, et même pour avoir un alibi pour se trouver là ?

En clair, cette affaire qui vient d'exploser à la figure de Mauricette, et donc du Collège Central, n'est-elle pas parfaitement révélatrice de la double vie que mènent ces escrocs orgiaques, francs-maçons, satanistes, et maffieux, à la tête de la Watchtower ? Ces gens qui s'autorisent de juger leurs Frères, pour leur attribuer des privilèges de service,ou les humilier en les leur ôtant, tout en se faisant passer pour les futurs dirigeants célestes du Monde, méritent bien d'être insultés pour ce qu'ils sont vraiment, et ne pas le faire, c'est dissimuler leur nature, et donc mentir.

retour

Add Comment

* Required information
1000
Captcha Image
Powered by Commentics

Comments (0)

No comments yet. Be the first!